Image Image Image Image Image Image Image Image Image

remorque velo

17 mars

Par

No Comments

Promo remorque à vélo UNO 100

17 mars 2020 | Par | No Comments

Profitez d’une promotion exceptionnelle de 25% sur la remorque à vélo UNO 100 ainsi que son sac étanche.
remorque velo monoroue

La remorque UNO 100 passe de 439€ à 329€, soit une remise de 110€.
Le sac étanche 100L passe de 129€ à 96€, soit une remise de 33€.
Vous économisez donc 143€ !

C’est le moment de planifier votre prochain voyage à vélo cet été ou tout simplement d’envisager vos trajets du quotidien autrement.
remorque monoroue velo
La remorque monoroue UNO 100 est le modèle routier de la gamme Aevon. Capable de transporter jusqu’à 35kg, 100L de bagages, vous avez la capacité nécessaire pour partir en toute autonomie durant quelques jours ou faire le plein de courses au supermarché.

La remorque à vélo UNO 100 suit parfaitement la trajectoire de votre vélo et son attelage sur la tige de selle vous permet de faire demi-tour sans avoir à poser le pied à terre.
Votre vélo reste aussi maniable que d’habitude et léger car vous ne lui ajoutez pas de poids.

Le modèle UNO 100 est le premier né de la gamme des célèbres remorques à vélo Aevon. C’est un modèle en acier, dédié à un usage sur route ou chemin praticable.
Elle a déjà fait plusieurs fois le tour du monde avec des voyages mémorables au Laos, au Canada ou en Irlande. Increvable, elle sera capable de vous suivre sur des milliers de kilomètres sans difficulté.

En cette période de confinement en France et certains pays européens, l’équipe Aevon continue pour l’instant de travailler et d’assurer la livraison de vos remorques à vélos, tout en respectant toutes les mesures nécessaires à la protection de nos équipes.

  • Offre réservée aux particuliers
  • Offre non cumulable avec d’autres remises
  • Valable jusqu’au 15 avril 2020 en fonction des stocks disponibles

04 mars

Par

No Comments

Le projet Shape the Way

4 mars 2020 | Par | No Comments

Shape the Way est le projet (un peu) fou de Maxime et Arthur : parcourir la côte Atlantique du sud du Portugal jusqu’au nord de l’Ecosse à vélo et remorque Aevon.
voyage

Maxime est ingénieur de formation, Arthur est paysagiste concepteur. Ils n’ont pas encore l’expérience du voyage à vélo mais … ça ne leur fait pas peur !
voyage vélo
Leur projet est né d’un constat : nos loisirs ne sont pas toujours en accord avec la nécessité de protéger l’environnement. Pour faire du surf, les passionnés sont prêts à faire des kilomètres pour aller chercher la vague, passant des heures en voiture ou en avion. Maxime & Arthur veulent démontrer qu’il y a d’autres manières de se faire plaisir.
Dans un souhait de vouloir faire coïncider leurs valeurs et leurs passions, les deux voyageurs vont partir en voyage et pratiquer le surf tout en respectant l’environnement. Leur périple sera donc exclusivement éco-responsable en utilisant des moyens de transport à faible impact comme le vélo ou le train. Ils passeront leurs nuits à camper ou chez l’habitant.

Leurs vélos ont été fabriqués à partir de pièces de récupération dénichées dans un atelier participatif et solidaire qui permet de réparer soi-même son vélo.
Un porte-surf ‘fait-maison’ a été ajouté au cadre de la remorque vélo STD 100. La remorque à vélo transportera le matériel de camping et le matériel photo.
. remorque vélo monoroue

Plusieurs arrêts sont prévus sur le trajet pour rencontrer quelques acteurs de l’écologie ainsi que les partenaires qui soutiennent leur aventure : des sportifs, des entrepreneurs et des associations. Et l’équipe Aevon bien sûr qui viendra rejoindre les deux voyageurs à mi parcours pour un débrief du voyage.

Tout au long de leur voyage à vélo, les deux amis réaliseront une web-série ainsi que des podcasts réguliers que vous pourrez retrouver sur la plupart des plateformes d’écoute.

Le départ est prévu fin mars !

Vous pouvez les soutenir via ULULE.
Suivez-les sur Facebook
Suivez-les sur Instagram

17 déc.

Par

No Comments

L’attache rapide de l’attelage Aevon, à quoi ça sert ?

17 décembre 2019 | Par | No Comments

Il y a quelques années, Aevon a développé une attache rapide pour l’attelage de ses remorques à vélo.

Pour rappel, la particularité des remorques mono roues Aevon est de venir se fixer au niveau de la tige de selle à l’aide d’un attelage. Il existe une vingtaine de tailles d’attelages différents qui correspondent ainsi à la majorité des tailles de tiges de selle.
Etre fixé au niveau de la tige de selle permet d’assurer une maniabilité parfaite de la remorque. On ne ressent aucun mouvement lors de longues descentes à haute vitesse et on peut même s’amuser à faire demi-tour sur place sans poser le pied à terre.
Ce système d’attache est aussi ce qui fait le succès international de ces remorques à vélo. C’est en fait le même principe que lorsque vous apprenez à faire du vélo et que l’on vous soutient sous la selle.

 

Afin de gagner du temps, voici donc l’attache rapide pour attelage.
Elle est composée d’une goupille, d’une cordelette en nylon et d’un axe.

attache-rapide-attelage6_mini
remorque velo width=

Ce système permet d’enlever le timon de l’attelage rapidement, cela ne prend que quelques secondes. C’est particulièrement utile lorsque vous devez dételer ou atteler votre remorque à votre vélo fréquemment ou bien lorsque vous voyagez à plusieurs vélos pour passer la remorque d’un vélo à un autre.

 

Nombreux sont les voyageurs Aevon qui décident en effet de partir à plusieurs en utilisant une remorque unique. La remorque à vélo STD 100 permet de charger jusqu’à 45kg de bagages. Cela peut être suffisant lorsque vous choisissez de partir pour un petit voyage de quelques jours. Dans ce cas, les voyageurs peuvent décider de tracter la remorque chacun à leur tour pour se répartir le travail.

Astuce : n’hésitez pas à coller les rondelles sur le timon pour éviter qu’elles ne tombent lorsque vous dételez votre remorque. Pour le collage, utilisez une colle epoxy, style araldite, après avoir bien dégraissé le timon et les rondelles.

11 déc.

Par

No Comments

Découvrir le Canada à vélo

11 décembre 2019 | Par | No Comments

Nous avions envie de vous emmener en voyage à vélo, à la découverte de ce magnifique pays qu’est le Canada.
Embarquez votre remorque à vélo KIT L80 dans l’avion et suivez-nous !
voyage canada

Le trajet que nous avons choisi peut se faire sur une semaine à raison de 30 à 60km de vélo par jour, ce qui permet de prendre largement le temps de profiter du paysage.
Sur ce parcours, on trouve une majorité de pistes cyclables bien aménagées avec quelques routes secondaires peu fréquentées.

Au départ de Québec, prenez les transports pour rejoindre le lac St Jean où vous démarrerez votre voyage à vélo.
Le tour du lac St-Jean est une étape incontournable de ce voyage où vous emprunterez la fameuse véloroute des bleuets, de 256km de long. Si vous en avez l’occasion, prenez le temps de visiter le zoo sauvage de St Félicien, il vaut le détour. Le tour du lac passe à l’ouest par une réserve amérindienne dans laquelle se trouve un musée où vous pouvez également prévoir une pause.
Enfin, au sud du lac se trouve le centre d’histoire et d’archéologie de Métabetchouane, vous pouvez aussi faire un détour jusqu’à la grotte du Trou de la Fée si vous avez le courage de faire un peu de dénivelé.

Descendez ensuite jusqu’au lac Kénogami pour admirer la chaîne de collines qui sépare les régions de Saguenay et du lac St-Jean. Cette journée à vélo se fera en plein coeur de la nature pour arriver à la rivière aux Sables du côté de Jonquière.

Une visite de la ville de Chicoutimi, situé à la confluence des rivières Chicoutoumi et Saguenay, est recommandée avant de reprendre la route en direction de la Baie.

Si le coeur vous en dit, prenez la navette pour découvrir le fjord du Saguenay, ce paysage unique créé depuis des millénaires par d’immenses glaciers. La navette s’arrête au niveau de l’un des plus beaux villages du Québec : Sainte-Rose-du-Nord, puis terminera sa route à Tadoussac où vous pourrez vous arrêter pour passer la nuit.
Depuis Tadoussac, une excursion à la découverte des baleines s’impose.

De retour en selle, partez à la découverte du parc national des Hautes-Gorges de la rivière Malbaie, d’une superficie de 224.9km2, région unique de par la diversité de la flore. Vous serez émerveillés par les cascades et chutes d’eau, la plus haute culmine à 160m de haut. Et vous aurez peut-être la chance de rencontrer un caribou des bois sur les sommets.

Retour à Quebec pour la fin du voyage.

21 nov.

Par

No Comments

Comment voyager écolo ?

21 novembre 2019 | Par | No Comments

Les utilisateurs de remorques à vélo Aevon sont des voyageurs. Choisir de voyager à vélo c’est choisir de s’inscrire dans une démarche de tourisme responsable.

Aujourd’hui, voyager est rentré dans les moeurs et les prix cassés permettent à tout le monde d’en profiter, que ce soit plus ou moins loin.

Or, voyager vers une destination lointaine nécessite de prendre l’avion et comme chacun sait, les compagnies aérienne représentent l’un des plus gros pollueurs au monde.

Que veut dire : pratiquer du tourisme durable ?

Le tourisme durable consiste à prendre en compte : le développement durable, la protection de l’environnement, l’impact économique et social sur les populations locales.

Voici quelques astuces trouvées par nos voyageurs pour être un voyageur responsable.

Voyager à vélo

C’est une évidence : se déplacer à la force de ses mollets c’est toujours plus responsable que de se balader en voiture ou en avion.
Il suffit de s’équiper d’une remorque Aevon pour être libre de se déplacer où l’on veut à l’intérieur d’un pays, et pourquoi pas choisir de partir en toute autonomie sur plusieurs mois.

Voyager en avion

Bien entendu, lorsque l’on doit se rendre vers une destination lointaine, il n’y a d’autre choix que de prendre l’avion.
Dans ce cas, essayez de privilégier un vol sans escale, un vol direct pollue moins.
Sur place, prenez votre temps, profitez des lieux visités plutôt que de sauter dans le prochain avion pour aller à la prochaine ville. Si possible, prenez le bus pour aller d’un endroit à un autre, ce qui vous permettra en plus de voir du paysage et de découvrir réellement le pays que vous visitez.

Choisir le bon moment

C’est un fait, le tourisme de masse a un impact sur les populations locales.
Le meilleur exemple est Venise : la ville souffre de l’afflux saisonnier de touristes. Et de toute façon,vous ne profitez pas avec autant de plaisir d’un endroit lorsqu’il est bondé de touristes.
Pour un tourisme durable, choisissez de partir hors saison. Ainsi les populations locales ne seront pas tributaires de la saisonnalité.

Choisir son logement

Les voyageurs Aevon l’ont bien compris, faire du camping est la solution la plus écolo possible.

Ici une image de Bertrand en Colombie :

velo colombie

Si vous préférez avoir un toit sur la tête, vérifiez si votre hôtel a le label type HQE (haute qualité environnementale) ou choisissez un logement chez l’habitant qui permet de partager les ressources énergétiques.

Acheter local

Lors de vos voyages, n’hésitez pas à vous faire plaisir en achetant des souvenirs fabriqués sur place par les locaux, idéalement sous vos yeux pour être certains d’où vient l’objet. Cela a un impact positif sur l’économie locale et l’objet que vous ramenez chez vous aura encore plus de valeur.

Boire responsable

Durant son voyage de Mexique en Ushuaïa Bertrand a choisi la solution du filtre à eau. Cela lui a permis d’éviter d’acheter des bouteilles d’eau. Il en existe des centaines de modèles différents, n’hésitez pas à consulter un spécialiste avant de faire votre choix.

Dans un pays où l’eau est potable, gardez votre gourde ou votre bouteille à recharger sur vous. Dans un pays où l’eau n’est pas potable et que vous n’avez pas de filtre à eau, préférez les bouteilles grand format aux petites.

Avez-vous d’autres idées ?

16 oct.

Par

No Comments

De la Suède à la Finlande

16 octobre 2019 | Par | No Comments

Cet été Nicolas est parti en voyage à vélo destination les sentiers de Suède et de Finlande en VTT avec sa remorque à vélo KIT L80. Nous l’avons suivi sur son trajet.

En direction de Stockholm les sentiers étaient peu ou pas praticables en VTT, le trajet s’est donc fait essentiellement par la route.

Ce single sur quelques kilomètres méritait bien une petite photo :
remorque monoroue pour velo

A son arrivée dans la capitale suédoise, Nicolas a repéré une aire de camping-car sur une île proche de la vieille ville. Propre et peu bruyante, il y avait un point d’eau et une jolie pelouse. Après une journée de visite de Stockholm, Nicolas a pris le ferry direction la Finlande.

A ce moment-là, cela faisait 11 jours que Nicolas pédalait en Suède avec une incroyable variété de paysages : de la forêt, des petits reliefs, des lacs, la côte Baltique.

A 22h sur le ferry quittant la Suède, Nicolas a pu assister à ce magnifique coucher de soleil :
voyage velo

Le trajet en Finlande a démarré sous la pluie. « Les premiers kilomètres pour m’éloigner de la ville sont sympathiques avec uniquement du sentier le long d’un cours d’eau et un spot bivouac au bord d’un petit lac avec beaucoup d’oiseaux installés sur des îlots rocheux. »
voyage velo

Il a pris la direction de la ville de Tampere à 170km plus au nord.
 » Le relief est quasi nul avec des forêts, des champs de céréales, des élevages de chevaux. »

Nicolas a essayé de suivre l’itinéraire ‘rando’ enregistré sur son application de navigation et est tombé à plusieurs reprises sur des zones de coupe forestière. Difficile de se frayer un chemin à vélo avec les branches au sol et les ornières.
Fatigué, le cycliste a fini par installer son bivouac sur une petite pâture avec accès à la berge.

Le lendemain, il a terminé son trajet à Tampere et s’est arrêté dans un coin de nature au bord du lac de Näsijärvi. C’était l’occasion de sortir le kayak pour une balade sur des eaux particulièrement ventées !

remorque voyage velo

Cette première partie du trajet en Finlande n’a pas été de tout repos pour Nicolas. En regardant ce qui l’attendait sur la suite de l’itinéraire, il s’est aperçu que la traversée de la région des lacs se ferait exclusivement possible par la route.

Nicolas a donc décidé de prendre le train pour rejoindre l’est du pays.

27 juin

Par

No Comments

1600km à vélo en Uruguay et au Brésil

27 juin 2019 | Par | No Comments

Nous retrouvons Bertrand accompagné de son frère à Colonia de Sacramento en Uruguay. Son objectif : parcourir 1600km à vélo jusqu’à Florianopolis.
 
remorque monoroue velo
Très rapidement les deux frères sont charmés par l’accueil et le calme des Uruguayens. Ils passent la première nuit au petit village de la Paz où ils campent au club nautique du village.

Les premiers jours à vélo sont très humides, ce qui pousse les deux cyclistes à appuyer plus fort sur les pédales pour faire défiler les kilomètres.
 
remorque monoroue

Au bout de la première semaine, le duo atteint la côte Uruguayenne, l’occasion de prendre une journée de repos. Là-bas le soleil « ressemble à celui qu’on a chez nous…  »

De retour sur la selle, les cyclistes passent la frontière avec le Brésil, accueillis par un fort vent de face et de longues lignes droites.

« Le climat au Brésil est beaucoup plus sec qu’en Uruguay mais surtout beaucoup plus chaud et ensoleillé… Pour le moment l’hiver ne se fait pas du tout sentir. Nuits fraîches et journées ensoleillées et chaudes, de quoi parfaire notre bronzage. Les palmiers feront gentiment leur entrée dans le paysage quotidien, au même titre que les chemins latéraux sablonneux, synonymes toujours d’une plage pas très lointaine… Les cases aux couleurs et aux ambiances tropico-caribéennes feront aussi leur apparition… »

Une pause s’impose au niveau de Rio Grande do Sul, avant de prendre le ferry pour sortir de la baie industrielle de la ville.

« Le paysage évolue. On se croirait dans les Landes. Des lignes droites, du sable et des pins partout… qui nous aident pas mal puisqu’ils nous coupent de temps en temps du vent latéral assez fort… »

Les deux frères roulent en direction de Florianopolis qui marquera la fin de ce voyage à vélo de deux ans et demi avec une remorque STD 100.

remorque voyage velo

A Araranguá, une pluie diluvienne oblige les deux frères à prendre deux jours de pause. La première journée voit tomber l’équivalent de pluie d’un mois en temps normal.

« Ici aussi, en discutant avec les locaux, on se rend compte que le changement climatique est présent chaque jour un peu plus…  »

remorque velo
Reprenant la route, les deux frères verront au loin la ville qui marquera la fin de ce trajet long de 1650km.

« Cette dernière journée de vélo ne me laissera pas trop le temps de penser, d’analyser, de réagir face à cette ‘news’ de ‘dernière journée de vélo du trip. En effet nous sommes en plein dans l’agglomération de Floripa avec tout ce que cela implique et surtout un trafic dense qui ne laisse pas trop de place à la déconcentration. Aucun accident en bike sur le trip, ce serait ballot de tout gâcher maintenant… »

A leur arrivée, les deux frères se trouvent une auberge à 50m de la plage. Le mois à venir sera consacré à profiter des vagues.

« C’est toujours une belle sensation de poser le bike, et ce pour un mois. C’est toujours un peu comme une sensation de ‘vacances’ à l’intérieur de ce périple…

Je vous entends déjà râler en vous disant que ça fait deux ans et demi que je suis en ‘vacances’… Détrompez-vous, c’est un voyage… Il m’a permis de sortir de ma zone de confort, de ré-apprendre à apprécier les choses & plaisirs simples, de vivre avec peu, d’arrêter de m’imposer des limites ou freins bien loin de nos capacités réelles.

Bref, pas d’épilogue sur le sujet, on en discutera de vive voix à partir d’octobre prochain avec une bière pour celles et ceux que ça intéresserait de discuter le bout de gras… « 

04 juin

Par

No Comments

Voyager en France en remorque KIT L80

4 juin 2019 | Par | No Comments

Philippe Calas vient de publier son guide de voyage à vélo : « De Royan à Toulouse » aux éditions Rando éditions, guide dont l’un des personnages principaux n’est autre que la remorque KIT L80.
remorque velo

Passant par Bordeaux et Agen, ce voyage à vélo se fait en 5 à 10 jours selon votre rythme de pédalage. Quelques propositions de randonnées complémentaires vous permettront de découvrir l’estuaire de la Gironde, de faire un tour du bassin d’Arcachon, de vous balader dans les domaines autour de St Emilion ou encore de faire un crochet par Montauban.

Le tour d’Arcachon vous emmènera de Lacanau au Cap-Ferret, puis vous traverserez le bassin pour une escale à Arcachon avant de faire le tour du bassin à vélo et de reprendre les pistes cyclables jusqu’à Lacanau. Une étape très agréable d’environ 140km à ne pas manquer.

Ne ratez pas non plus l’étape qui vous permet de visiter la jolie ville de St Emilion pour y visiter la plus vaste église souterraine d’Europe, creusée dans un unique bloc de pierre.

A l’occasion de ce joli voyage, la remorque KIT L80 a pu embarquer à bord d’un TER.
Rappelons que cette remorque à vélo est entièrement pliable, ce qui vous permet de l’emmener avec vous en avion, en train ou facilement dans le coffre de la voiture.

Pour acheter le guide, RDV ici.
Pour découvrir le site web développée par Philippe Calase sur le Canal du Midi à vélo, RDV ici.

12 mars

Par

No Comments

De El Calafate à San Sebastian en vélo

12 mars 2019 | Par | No Comments

Bertrand voyage en STD 100 du Mexique jusqu’en Ushuaïa.
Pour cette partie du voyage, Bertrand est accompagné de Lupe, cycliste courageuse puisqu’elle n’a jamais fait plus de 50km à vélo. Ce tronçon s’annonce donc particulièrement sportif.

Les premiers jours à vélo sont ce que Bertrand appelle : « un vrai cadeau de la Pachamama. Peu de vent et un soleil de fou accompagné de fortes chaleurs. 30 degrés au thermomètre dans le sud patagonien. Plus de 100 ans qu’ils n’avaient pas eu de telles températures« .

Pour passer la frontière entre le Chili et l’Argentine, Bertrand et sa partenaire de voyage sont contraints de consommer tous leurs fruits et légumes. En effet, il n’est pas possible de traverser la frontière avec des produits frais, du fromage ou encore de la viande.

« Lupe tient bien le choc et s’habitue rapidement à la routine vélo. Elle ne manque pas d’énergie et de tempérament. De plus, on a eu assez de chance sur ce tronçon avec à chaque fois des zones de bivouac très accueillantes avec quasi tout le temps une rivière ou un lac pour se rafraîchir après une bonne journée. »

remorque velo

Au bout de 5 jours à vélo et en bivouac, les deux voyageurs font une halte bien méritée à Puerto Natales.
Ils y sont hébergés par une amie chilienne pour 3 jours de dégustation et un peu de cuisine pour préparer quelques pâtisseries pour les jours de vélo à venir.

Ils traversent ensuite le détroit de Magellan en bateau, direction l’île de la ‘Terre de Feu’ !

Pour éviter un vent de face assez virulent, ils décident de pédaler sur les grands axes plutôt que de traverser l’île. La vue donne sur la baie et les falaises magnifiques qui la bordent.

remorque voyage velo

Après deux jours de pédalage, ils arrivent au poste de contrôle de San Sebastian.

15 janv.

Par

No Comments

Test de la UNO 100 en Allemagne

15 janvier 2019 | Par | No Comments

Hans a décidé de tester la remorque Aevon UNO 100 après l’avoir découverte à l’Eurobike 2018.
remorque velo monoroue

« Cette année à l’Eurobike, j’ai découvert le stand Aevon. Leurs remorques à vélos sont faites pour les single-tracks, contrairement aux remorques qu’on a l’habitude de voir. J’ai décidé de tester la UNO 100, le modèle low-cost de la gamme. Elle est en aluminium et prévu pour un usage sur route.

Lorsque vous recevez votre remorque vous devez installer le timon (qui relie la remorque au vélo) ainsi que la roue arrière et son garde-boue. C’est fait en quelques minutes. Je recommande l’option de l’attache-rapide pour l’attelage, elle permet d’atteler et dételer rapidement la remorque sans avoir besoin d’outils. Si vous partez pour de longs périples, je pense que c’est indispensable.

Je suis d’abord parti pour une balade d’une quinzaine de kilomètres autour de chez moi en Allemagne. J’ai tout de suite pris une côte de 4km avec un pourcentage de 7% et j’ai été agréablement surpris. On ne sent pas vraiment la remorque derrière soi (mis à part son poids en côte.)

remorque velo
J’ai ensuite testé la UNO 100 dans le cadre d’un usage quotidien, chargée, pour faire mes courses et pour mes sorties chaque jour. J’ai testé les pistes cyclables que je parcourais d’habitude. Le vrai challenge est le même que pour n’importe quel cycliste régulier : c’est de partager la route avec les autres usagers. Lorsque vous êtes équipé d’une remorque vous devez garder en tête que votre équipage est plus long que d’habitude, surtout lorsque vous prenez un virage.

Ma conclusion : la UNO 100 est agréable à utiliser. Vous devez juste vous habituer à cet équipage et adapter votre façon de faire du vélo. »